AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Et la foudre frappa...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15  Suivant
AuteurMessage
Frhejal
Soldat du Rang
Soldat du Rang


Messages : 48
Date d'inscription : 01/04/2017

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Ven 12 Oct 2018 - 17:01

Et voilà le résumé des aventures de Barry... À noter que la partie concernant Félicia est peut-être approximative, Barry ayant eu un peu de mal à se concentrer à ce moment là.

Quelques jours se sont écoulés depuis l'ultime tentative d'assassinat sur le duc.
Pendant que ses collègues récupèrent (avec difficulté) des effets de la fumée verte,
Barry profite du plaisir d'être traité comme un invité de marque, pour... Rester enfermé dans la bibliothèque et dévorer des bouquins parlant d'enquêtes et d'étiquette.
Parce que d'une part, il a bien kiffé de jouer les détective, et d'autre part suivre Agathe lui a montré que l'interaction avec le beau monde nécessite plus que les pauvres manières héritées de sa propre famille de bouseux.

Le 5ème jour un convoi approche. Leur duc, Dudrax, vient féliciter ses envoyés pour le travail accomplit et officialiser la paix avec Leonidas.
Il est accompagné d'un mage bien plus impressionnant qu'Holdro (lequel s'est fait la malle après que le duc lui a interdit d'approcher qui que ce soit), et de son apprenti, un jeune homme fort seyant aux cheveux blancs. Un instant Barry se dit que si ce gars faisait des bébés avec Agathe ça créerait probablement une nouvelle race d’êtres divinement beaux qui pourraient réduire le reste du monde en esclavage. Un peu plus tard il apprend que le père du jeune homme est genre l’exact opposé de celui d’Agathe, ce qui met une croix sur toute possibilité d’accouplement. Ouf .

 Le mage soigne tout le monde d'un coup de cercle magique.

Lors du banquet et de la fête qui suit, Barry fait connaissance avec l’apprenti, lui résumant les péripéties de ces derniers jours, au milieu des commentaires enjoués d'un Deroche aussi aviné qu'on peut l'imaginer.
Un peu plus tard, Une demoiselle fort plaisante, répondant au nom de Félicia, vient proposer une danse à Barry, qui tombe des nues car c'est bien la première fois qu'une aussi charmante compagnie s'intéresse à lui. Le nom de famille de la fille lui dit vaguement quelque chose.

Comme elle souhaite un endroit un peu plus calme, Barry propose les jardins. Alors qu'ils se dirigent vers la porte, ils se font siffler par ... Agathe ?
Décidément, elle a pris des habitudes de bof à force de vivre parmi les gardes, celle-là !
Finalement Felicia préfère déambuler dans les couloirs... Et se fait de plus en plus pressante, jusqu'à lui sauter au cou en affirmant qu'elle 'ne peut plus attendre'...
Ce qui met Barry mal à l'aise. Il y a peu, Les filles le fuyaient en l'appelant "le porcher", et voilà qu'en un soir il a droit à sa première danse, son premier câlin (objectivement, s'accrocher au dos d'Agathe et se faire balader comme un sac à dos, ça ne compte pas...), son premier bais....
En se jetant sur lui, elle l'a mis dos à une porte entrouverte, et alors que miss Nobliote-chaud-aux-fesses lui susurre des mots plus ou moins doux à l'oreille, Barry saisit d'autres paroles venant de la pièce :
- Ce n'est pas ce qui devait se passer, vous deviez la protéger...
Barry reconnaît la voix de son seigneur, en grande discussion avec le scribe.
Mais quoi qu'il en soit à présent nous avons gagné la paix et un puissant allié commercial.
Prit de panique, Barry plaque sa main sur la bouche de Félicia en lui faisant signe de ne pas faire de bruit. Toute émoustillée, celle-ci semble ravie de participer à un jeu d'espionnage.
-Togashi n'a jamais agit aussi directement contre nous, il est affaibli...
En cherchant à faire reculer la Donzelle en dehors de la pièce, Barry percute une commode, laquelle émet un grincement désagréable
-On nous écoute !
Paniqué, Barry s'enfonce avec la belle dans un recoin d'ombre à coté de l'armoire, mais le duc s'approche, une torche à la main... Il vont être découverts .
Alors, comme si de rien était, Félicia continue d'enlacer Barry en lui ronronnant à l'oreille de ne pas s'inquiéter, et le pousse contre le mur, dans l'ombre. Ou plutôt dans le mur, derrière l'ombre.
Le duc et sa torche apparaissent à vingt centimètres du visage de Barry. Et Le duc regarde droit au travers de Barry, son regard fouille un instant... Puis il repart.
-J'ai du rêver. Allons nous-en.
La voix suave de Félicia murmure encore aux oreilles de Barry :
-Tu vois mon petit Barry, moi tu pourras toujours me faire confiance...
Sauf que Félicia n'est plus là.  Barry est seul dans l'Ombre. Dés que ses idées redeviennent suffisamment claire, il s'esquive et retourne dans la grande salle, en panique.

Sur le chemin, il cogite dur. Togashi... Togashi... Il a déjà entendu ça quelque part. Non, il a déjà LU ça quelque part. Dans le livre des légendes anciennes, les légendes du temps des Dieux qui marchaient parmi les hommes et de l'ombre qui n'avait pas de nom… Gloups.
De retour dans la fête, Barry ne trouve rien de mieux à faire que s'enfiler un ou deux verres.

Le lendemain, Il retourne à la bibliothèque. Toujours pas de signe du fameux bouquin. Juste Sif et le minimage beau gosse qui se disputent pour une histoire de laisser-passer.
Plus tard, Barry apprend que Bessiste est introuvable depuis la veille. Ce gamin… Il était là la dernière fois que Barry avait eu le livre de légendes dans les mains. était-il une illusion, comme Félicia? si ce n’est pas le cas, c'est la seule piste qu'a Barry pour retrouver ce bouquin. Barry choisi de commencer ses recherches prêt de l'étang, là où il avait joué à cache cache avec le gosse.
Et il ne tarde pas à faire la découverte macabre : l'enfant s'est noyé au fond de l'étang, attaché à une pierre.
Personne n'a de doute : Après avoir perdu ses deux parents, l'enfant a commis un geste désespéré. En témoigne le nœud de style enfantin qui le retenait au fond de l'eau.
Fait ch** , la dernière piste pour trouver ce satané bouquin s'évapore.

Sauf que... Barry a un doute. Cette pierre, cette corde et ce nœud sont là depuis plusieurs mois. Le corps n'est dans l'eau que depuis quelques heures.

Agathe a disparu avec une mystérieuse femme, Baptiste est parti visiter ses parents dans une autre ville, et Sif se moque éperdument de la mort du gamin, occupé qu'il est à se faire un nouvel ennemi du jeune mage, avec qui il s'apprête à partir en voyage.
Dépité, Barry décide de rentrer chez lui aussi. Il demande à Dudrax la permission de prendre congé, en profite au passage pour l'informer de l'incohérence concernant la mort de Bessiste.
Pas la peine d'aller embêter Leonidas pour cela, lui répond-il, le pauvre est suffisamment éploré en ce moment, lui répond-on . Mais Si Barry souhaiter rentrer, il peut faire la route avec le convoi du duc.
Barry ne se fait pas prier.


Fort de sa nouvelle notoriété, Barry décide d'aller se pavaner devant son rustre de frère, histoire de lui montrer qu'il n'est pas aussi bon à rien qu'on le prétend.
Il se rend dans son village d'enfance, et trouve son frère seul, les pieds dans la fange au milieux des porcs. Ni les porcs ni son frère ne sont impressionnés par Barry et ses histoires de ducs, son esprit rural limité semble l'empêcher d'accepter la véracité ou la porté de ce que lui raconte Barry.
Il lui annonce avoir réussi à marier leurs sœurs... Et d'avoir cédé les armoiries de la famille comme dot pour l'ainée !

Barry est abasourdi par la vacuité crânienne de son frère. Après tout les efforts qu'il fait pour sortir leur nom de la boue, son frère s'arrange pour les y renfoncer aussitôt !
Barry s'empresse d'aller rendre visite à sa sœur, mais il doit attendre le soir pour lui parler, car elle et son bébé sont bien trop occupés à se faire malmener par son époux.
Ce dernier s'avère être aussi un mauvais parieur. Qui a perdu les armoiries au jeu. Et on se demande pourquoi sa famille n’avait pas d’honneur...
L'enquête continue, et amène Barry dans l'auberge où le pari a eu lieu. Un petit homme se présente et propose de retrouver les armoiries, contre paiement, bien sûr ...
 Barry accepte, après avoir insisté sur le fait qu'il ne voulait rien d'illégal... L'individu promet de ramener les armoiries en trois semaines maximum.
 Pendant ce temps, Barry loge chez son autre sœur, au mari pauvre mais plus sympathique.
 
L'individu tient sa promesse et rapporte les armoiries à Barry dans les temps, mais ne donne pas de détails sur la façon dont il les a reprit. Barry parvient seulement à obtenir le nom de celui qui les possédait.
Quelque jours plus tard, Barry apprend avec une certaine gêne que la personne en question a été retrouvée morte de façon tout à fait... brutale.


Dernière édition par Frhejal le Sam 13 Oct 2018 - 12:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust72
Doppelsöldner
Doppelsöldner
avatar

Messages : 319
Date d'inscription : 12/01/2016

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Ven 12 Oct 2018 - 19:52

Joli résumé, surtout bien complet et rapide. Respect  cheers

Plusieurs petites remarques néanmoins (principalement sur le dialogue surpris) :
 - "votre mission était de le protéger" --> il a : dit vous deviez la protéger
-  "Cela fait trop longtemps que Togashi nous nargue, il est temps qu'il apprenne " --> "Togashi n'a jamais agit aussi directement contre nous, il est désespéré ( ou affaibli, je ne me souviens plus de ce moment là...)


Petits souci aussi sur les noms, mais je pense que c'est ta touche R qui bloque  Very Happy :
Holdro
Dudrax
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frhejal
Soldat du Rang
Soldat du Rang


Messages : 48
Date d'inscription : 01/04/2017

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Sam 13 Oct 2018 - 12:13

C'est corrigé ! Et je vais réparer la touche R...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drascur
Recrue
avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 11/10/2018
Localisation : Le Mans

Feuille de personnage
Nom :: MOI
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE9999
POUVOIR9999
HABILETE0

Endurance:
9999/20  (9999/20)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Dim 14 Oct 2018 - 20:44

Bon, je vais d'abord mettre une brève description de mon personnage et le résumé sur la séance.
Toute critique est la bienvenue Smile
Note : Il semble que je ne puisse pas poster d'image comme je suis un nouveau membre depuis moins de 7 jours, je peux poster l'image plus tard si vous le voulez.



Description de personnage

Son nom, c'est Drasc. Du haut de ses 24 ans, il cherche simplement à se démarquer dans ce qu'il fait.

Mage d'air, il a choisi de se spécialiser dans la magie de l'air car c'est à ses yeux la magie la plus pure. Il n'y a rien de tel qu'un casse-tête grandeur nature pour se satisfaire l'esprit. Et c'est ça qui lui plaît.

Au niveau du savoir faire, il sais utiliser quelques sorts d'illusion en plus de quelques sorts utilitaires. Résoudre les problèmes par la discussion dès que c'est possible est son moteur. Mais effectuer des actions dégradantes ne le dérange pas tant que c'est bien fait. Habile de ses mains, il est capable de se déguiser et a une bonne intuition pour l'utilisation des outils en tous genres. Par contre, il cherchera à tout prix à éviter les affrontements brutaux et résiste très peu aux coups que l'on peut lui asséner

À ses yeux, la justice va au plus malin et estime ne pas avoir à se sentir attaché envers qui que ce soit. Les corvées ne sont pas un problème pour lui même si elles sont meilleures effectuées par les autres

D'un caractère parfois étourdi et trop sérieux, il peut parfois se mêler des affaires qui ne le regardent pas pour pouvoir y apporter son grain sel. Il lui arrive de développer de l'anxiété dans certaines situations


Pour le physique, mon personnage n'est pas super grand mais est au dessus de la moyenne, a des cheveux blancs, un physique très avantageux. Il porte habituellement une robe de mage mais peut se changer et même se déguiser si nécessaire.



Résumé de la séance

J'ai un énorme soucis, mon père... Depuis qu'il a fui la bataille, je ne sais pas ce dont il est advenu et je ne tiens pas à le savoir. Il a tâché le nom de la famille et je suis obligé à cause de lui d'être surveillé par un maître mage du nom de Voridel. Il est extravagant et me laisse beaucoup de libertés bien qu'il ait l'air très puissant.


Alors que je suis dans le temple sous sa tutelle, j'apprends que nous sommes conviés pour une mission diplomatique de la part de notre duc Dudrax pour aller montrer notre sympathie au duc voisin. On ne m'a pas vraiment demandé mon avis et je doute qu'il importe, je les accompagne. Il nous est dit que le convoi mettra environ 5 jours à arriver, en espérant qu'aucun accident ne se produise.

Lors de départ, je découvre qui sera de la partie :


    • Notre duc Dudrax
    • Le capitaine de la garde probablement
    • Mon maître
    • Une femme étrangement suspicieuse, autant que mon maître



En parlant de celle-là, elle est habillée comme un homme et s'entend très bien avec Voridel même si je n'ai pas pu en savoir plus sur leur relation, probablement pas plus que de très bons amis en tous cas. Elle cherche très souvent des camarades de beuverie. Hormis les personnes mentionnées, personne de vraiment important, juste le nécessaire pour qu'un convoi se comporte comme tel.


On arrive au château, mon maître est devant en train de faire la grimace à côté de Dudrax et le capitaine. Il descend alors et salue un homme qui semble être le duc Léonidas. Cet homme qui était alors tout pâle se remet d'aplomb après avoir serré la main de mon maître, probablement un tour de passe passe.

Voridel sélectionne alors trois personnes dans un groupe de quatre pour les inviter à se tenir dans un cercle qu'il vient de ratisser sur le sol. Malgré les légères protestations des heureux élus, ils se tiennent dans le cercle tout en écoutant mon mentor qui leur assure que cela leur fera du bien. Il avait raison, ils semblèrent guéris de leurs soucis.
C'est alors qu'il se dirige vers moi pour m'indiquer discrètement de faire attention à une personne dans ce groupe ; un grand gaillard d'environ deux mètres en armure. Sans perdre de temps, il en profite pour rejoindre sa bonne amie.


Après cela, je me dirige avec le reste des invités vers la salle de cérémonie où un banquet est tenu. Sur le chemin, Voridel décide de s'écarter du groupe pour aller je ne sais où. Franchement, tout le temps que je peux avoir sans à me soucier de lui est le bienvenu.


Je m'installe à table, je profite du repas tandis que je me fais aborder par deux des personnes du groupe de tout à l'heure. Bien ! Je vais peut-être enfin apprendre des choses intéressantes.
L'un se nomme Barry, il est banal... vraiment, il n'y a rien de plus à dire. Cela-dit, je suis d'avis qu'on n'oublie pas quelqu'un d'aussi simple, à voir si je m'en souviendrais.
L'autre est borgne et m'a d'ailleurs salué en me présentant son œil de verre. En parlant de verre, il semble tenir au sien. Il dit se nommer Deroche bien que son camarade le nomme Baptiste. Je vais l'appeler Deroche.

J'aime beaucoup ces deux personnes, elles sont capables de discuter. Ils m'ont appris que beaucoup de choses se sont passées dans ce château; notamment le meurtre de l'ancien duc Arthas et de sa concubine. Dans la discussion, je démêle aussi que ce sont eux qui ont directement participé à l'élucidation de ce meurtre et que ce sont des invités d'honneur.
J'entends aussi parler de l'ancien mage qu'ils ont nommé « Sapin de Noël », il se serait fait renvoyé par Léonidas. Ce mage a apparemment lancé un sort de conservation de viande sur le corps d'Arthas. Quelle drôle d'idée.


Pendant la discussion, trois personnes viennent rejoindre la table : Voridel et les deux autres du groupe de tout à l'heure. Une femme mal en point avec un énorme sourire sur le visage ainsi que la personne dont je devais me méfier. Il semble bourré et son visage porte plusieurs blessures.
Je n'arrive pas réellement à cerner le grand gaillard. Je ne sais pas comment l'ancien mage de la cours leur a vendu la magie, mais ils ont vraiment l'air d'apprécier mon maître en comparaison. La femme lui demande si il sait quelque chose à propos de tatouages luisants. Négatif, il leur dit ne rien savoir.


Notre « mission diplomatique » se déroule deux jours plus tard lors du couronnement du duc Léonidas, il s'agit juste d'apparaître en public pour indiquer que nous sommes alliés, ennuyant...

Après cela, Voridel me prend à part et fait en sorte que l'on ne soit pas entendus.
Il me donne pour mission d'accompagner l'homme qu'il m'a indiqué qui porte le nom de Sif à la capitale car son père est accusé de meurtre. J'accepte quelques peu à contre coeur mais les tâches ingrates peuvent être un bon moyen de récupérer les bonnes faveurs. J'acquiers alors le sauf-conduit pour voyager d'avant-poste en avant-poste. Il m'indique aussi que je dois remettre un message manuscrit au haut-prêtre de l'église sur le chemin. Pour finir, il s'éclipse en m'invitant à le contacter si il se passe quoi que ce soit.


Je regrette déjà d'avoir accepté, alors que j'étais à la bibliothèque, Sif vient me chercher en essayant de me soutirer le sauf-conduit. Je déteste ce genre de personne, pas possible de discuter avec. Si il y a un mur devant lui, il va taper dedans jusqu'à ce qu'il puisse passer.
Je sens un instinct meurtrier en lui, il va me tuer si je ne fais pas ce qu'il veut, or, je n'ai pas intérêt à me défiler, pas comme mon enfoiré de père. Après l'avoir difficilement convaincu de me laisser l'accompagner, je réussis aussi à faire passer le fait que j'ai mission de remettre à un message à une personne sur la route.


Pressé de partir, il me pousse à nous en aller le plus rapidement possible, c'est alors que Barry nous rejoint pour nous alerter. « Le demi-frère du duc est mort ! » résonne dans mes oreilles tandis que Sif ne veut que s'en aller. Il s'agit là d'une occasion en or pour rester ici et voir ce qu'il se trame et profiter de la bibliothèque. À deux reprises, je tente de lancer le sort Bénédiction de Benten sur Barry pour rendre Sif plus enclin à l'écouter, mais j'échoue à deux reprises et suis forcé de partir avec la bête féroce.


Sur la route, Sif essaye de forcer le cheval à avancer le plus vite possible. Cependant, il n'est pas plus doué à cheval que moi. Nous arrivons fatigués au niveau de l'église, j'avais prévu de remettre le message au haut-prêtre et de repartir directement mais je me fais interpeller par une activité étrange des esprits de l'eau. Comme attiré aveuglement par le mystère, je tente d'invoquer les esprits de l'eau tandis que je sens une force colossale m'attraper par le col et me mener en dehors de l'église. « Quelle erreur ! » me dis-je. « Non seulement j'invoque les esprits dans un lieu sacré mais je repars sans avoir demandé leurs faveurs ! »

Je réussis à le faire lâcher prise en m'entourant de quelques flammes légères tout en courant vers les esprits en leur demandant de me décrire l'activité. Je ne prête honnêtement que peu d'attention à leur réponse, je ne tiens vraiment pas à me faire éventrer par le monstre que j'ai laissé derrière moi. Les esprits ont montré la création de l'église ainsi qu'une deuxième image où soleil s'éteint. Prophétie ? Peu importe, je dois me remettre en route le plus vite possible avant qu'il ne m'arrive malheur.
Il faudra néanmoins que j'écrive une lettre d'excuse à mon maître en espérant que mon erreur ne prenne pas trop d'ampleur...


La suite du chemin se déroule en silence, je crois qu'il ne sait même pas comment je m'appelle. Arrivé sur place, nous sommes accueillis par une figure importante chargée de l'affaire, bien que je ne connaisse pas son nom, je le reconnais. Sif rencontre alors son père habillé en haillons. Étrangement, il me laisse assister à leur conversation, m'aurait-il accepté ?

Il est convaincu que son père est innocent et ferait tout pour le prouver. Son paternel rétorque alors en le sermonnant gentiment, comme quoi les mages de la cours auraient questionné les esprits et affirmés que c'était lui qui avait porté le coup fatal, bien qu'il ne s'en souvienne pas. Sif, alors dérangé et pas aidé du fait que le dernier mage qu'il ait rencontré soit « Sapin de Noël » insulte l'efficacité des mages. Je ne rétorque pas, nul de moi l'idée de le mettre en colère. Il décide de me poser quelques questions sur la magie et je lui apprends que des sorts de manipulation peuvent exister et sont interdits si ils existent et que les esprits ne sont jamais réellement clairs dans leurs propos.

Je sens comme une lueur d'espoir en lui, je sens que j'ai remonté dans son estime.
Se pourrait-il que l'on finisse finalement par s'entendre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
404 No Name Found
Bleusaille
Bleusaille
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 25/09/2017
Age : 21
Localisation : quelque part sur la planète Terre

Feuille de personnage
Nom :: Eolizertrak
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCEAsser pour porter une armure lourde
POUVOIRAsser pour te déboiter
HABILETEJe peux jongler !

Endurance:
50/100  (50/100)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Lun 15 Oct 2018 - 20:06

Résumé séance du 10/10 :



    Bon, c'est bien sympa de dérouiller des mecs qui complotent mais aussi faudrait-il que ces mecs jouent fair-play et ne balancent pas de poison sur tout le monde... Résultat des courses : je suis dans un état lamentable, le seul qui tient encore debout c'est Barry (et uniquement parce qu'il est resté planqué derrière tout le long du combat...foutu feignant!), un garde a succomber au poison et un autre est dans les choux depuis des jours... J'ai pas spécialement envie de finir pareil...



    Après 4 ou 5 jours de repos, un convoi venu de chez nous déboule chez le Duc. Il est composé de quelques gardes, notre Duc, le capitaine de la garde sauvé par Anita un petit mois plus tôt, une femme habillée en homme et enfin deux mages. Bon premièrement ils font pas trop mal aux yeux... Enfin si le plus « jeune » des deux de par son charisme mais c'est pas douloureux. Par contre l'autre... c'est quoi ce guignol ? Excentrique comme quatre et qui commence à nous jauger. Oh en fait non il cherche seulement les gens touchés par le poison et nous soigne même en un claquement de doigt. Bon, ok respect, c'est déjà BEAUCOUP plus serviable que l'autre Sapin de Noël...



Après un bref échange de politesse entre notre Duc et Léonidas, nous sommes félicités par notre Duc et annonce a Agathe que sa récompense l'attend dans la salle d'entrainement. Une récompense dans une salle d'entrainement ? Un combat oui ! J ne dois en aucun cas rater ca !



Je la suis là-bas ou nous retrouvons l'excentrique, la transgenre et le chef de garde. Ces derniers semblaient sur le point de boire et, sans aucun avertissement, la transgenre poursuit la table qu'elle a envoyer rencontrer le visage d'Agathe. J'essaye bien de demander au mage et au chef la raison d'un telle agression et récolte pour deux seules réponse : - « ...» (chef) et - « Ne vous inquiétez pas ca va être marrant. »(mage). Ok merci... Bon il est clair que la transgenre n'y va pas a fond et qu'Agathe non plus mais bordel... c'est une dérouillée que se prend notre fille à papa où je ne m'y connais pas !

En moins de quelques instants, Agathe est étendue sur le sol, inconsciente et avec une lettre sur le visage remis par sa tortionnaire. Le mage nous invite a boire un verre (qui deviendrons une ou deux bouteilles) tout en discutant. J'apprend donc qu'il s'agissait d'un test pour notre cher amie (et il semblerai qu'elle l'ai réussi.) quand a savoir pourquoi ? Mystère. Après quelques verres, la transgenre me propose un petit duel. Après la « démonstration » qu'elle viens de faire, hors de question de refuser mais j'ai intérêt a me donner a fond où je risque de me faire démembrer. J'attaque, je la touche et le inflige une belle entaille qui réussit a la blesser dans son excès de confiance en elle mais en contrepartie elle m'envoie au sol en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire... Y a pas a dire : elle est monstrueusement forte. Elle m'aide à me relever, annonce au mage (qui est bouche bée) que finalement elle sera celle qui a besoin de soins et demande au chef (lui aussi estomaqué) pourquoi je ne suis pas celui à prendre (de quoi ils parlent à la fin?).

Après quelques verres de plus, Agathe et moi retournons a la salle du banqué où notre hôte, nos camardes et les invités ont déjà mangés. Nous retrouvons Barry et Baptiste en compagnie de l'autre mage en vive conversation. Après quelques échanges, je fini par m'endormir complétement saoul.



Le lendemain, c'est le couronnement de officiel de Léonidas en tant que Duc. La fête bat son plein, tout le monde s'amuse, tout le monde bois (enfin surtout Baptiste...) et Barry en profite même pour aller s'amuser avec une jolie donzelle.

Après quelques heures, un serviteur m'annonce que mon Duc veut me parler en privé. Je le suis jusqu'à lui . Il a quelque chose à m'annoncer et qui ne me plais guère : mon père a été arrêté et est condamné a mort pour meurtre. Il m'assure avoir fait tout son possible pour retarder la sentence au maximum et ainsi me permettre de le revoir et, éventuellement, le disculper. Il me dit qu'il me fera porter dès demain un laisser-passer directe pour la capitale.



Le lendemain justement toujours pas de papier et on approche de midi... Ok la ca fait trop je vais le voir pour le lui demander. Il m'annonce qu'il a déjà fait porter le papier à Drasc, le mage. Eh bien il a intérêt a avoir une bonne excuse pour ne pas me l'avoir apporter au plus tôt ! La bibliothèque, je vois... il n'a rien de mieux a faire sans doute ? Je le chope par le col et lui réclame le papier (décidément personne ne veut me donner de morceau de papier dans ce maudit château!). Il commence par refuser de me le donner sans aucune raison ! Soit ! L'étang se chargera de le faire changer d'avis ! Baptiste avait bien aimer sa baignade surprise je suis sur qu'il aimera aussi ! La perspective d'un bain lui déplait et il consent enfin à me dire que le laisser-passer le concerne également et qu'il est impératif que nous nous présentions tout deux aux postes avec. Il ne manquait plus que ca... un compagnon de voyage imposé... Et qui doit s'arrêter en chemin en plus ! Hors de question que cette demi-portion me fasse perdre mon temps, je lui accorde 30 minutes pour faire son affaires et 10 pour se préparer a quitter le château pas plus ! Le bon coté des choses, il se prépare rapidement mais c'est au tour de Barry de venir me retarder. Il nous annonce que le petit Besiste est mort noyé.C'est triste je l'admet mais j'ai d'autre soucis en tête et trop peu de temps.



Le voyage se passe plutôt bien, nous nous reposons le minimum, il tiens la cadence et n'essaye pas de faire la conversation (finalement je devrai pouvoir le supporter pour le reste du voyage). Nous arrivons au lieu de sa petite « affaire » un temple. Il rentre pour faire ce qu'il a faire moi je reste dehors. Bon il est bien gentil mais il est long et je ne peux plus attendre. J'entre et le trouve en train de...prier!?! IL SE MOQUE DU MONDE MA PAROLE ?!? Ok c'est bon j'en ai ma claque, je le choppe par le col et le tire vers la sortie... c'est quoi cette odeur ? Et pourquoi j'ai chaud a la main ? AH MAIS LE CON ! Il m'a presque bruler la main pour retourner prier ?!? la ca suffit... euh c'est quoi ca ? Il y a des images qui se forment au dessus du bassin central. Et qui disparaissent tout aussi vite. Bah je m'en fiche on repars ! Tiens ? Il a l'air prêt a me suivre cette fois ci. Parfait en route ! Le chef du temple nous propose de rester prier avec lui. Quelle idée a la con...



La suite du voyage s'est dérouler sans encombre. Nous arrivons a la capitale, il part poser ses affaires dans sa chambre dans la résidence du Duc qui nous a été attribuer. Soit ! Moi j'ai une affaire urgente à régler. Je suis conduit vers les prisons ou je croise : le père d'Agathe ?!? Je comprend mieux quand Dudrax disais qu'il avait mieux son meilleur homme pour le protéger... Il me salut et nous amène, Drasc et moi, près de mon père. Si les circonstances avait été autres j'aurai été ravis de le revoir mais la...

Il m'explique qu'il est accusé de meurtre, qu'il n'a aucun souvenir d'avoir commis l'acte mais que, apparemment, les mages ont demander aux esprits s'il avait bien commis ce meurtre et ils ont répondus par l'affirmative...Mouais enfin entre ce que dit un mage et ce qu'il fait il y a parfois de sacré différences... Mon père est amusé et surpris de voir que je n'accorde toujours aussi peu de crédits a ces choses. Pour ma part, je suis las. Je ne souhaite qu'une chose désormais, le sortir de se trou à rat. Pour ce faire je vais sur le lieu du meurtre en compagnie de Drasc(maintenant qu'il est la, et puisqu'il sait tout de cette histoire, autant qu'il me suive. Il pourrai être utile..). Là-bas, je rencontre la femme de la victime qui nous décrit la scène et... quelque chose cloche. Tel qu'elle me décrit la situation il est impossible qu'elle ai eu le temps de se cacher et même que son mari la prévienne du danger... Piste à creuser.

J'interroge Drasc sur la possible existence de sort permettant de contrôler les fait et geste d'une personne et il me répond que si ce genre de sort existaient, il seraient interdits. Suite a ca, il invoque des esprits pour leur demander ce qui s'est passé dans cette pièce et les esprits lui répondent que mon père à tuer l'autre homme avec son arme... Merci beaucoup esprits de merde je ne le savait pas...

Bon pour le moment choux blanc mais j'espère bien faire pencher la balance en ma faveur et je ne m'arrêterai pas tant que ce ne sera pas le cas. Il ne reste plus qu'a savoir par ou chercher désormais...


Dernière édition par 404 No Name Found le Mer 17 Oct 2018 - 19:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust72
Doppelsöldner
Doppelsöldner
avatar

Messages : 319
Date d'inscription : 12/01/2016

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Mar 16 Oct 2018 - 22:40

miam...pas de souci Drascur pour ta photo, tu ne seras pas le dernier à la mettre...
jolis petits résumés, mais prenez note et craignez les 2 échecs critiques pour demain soir !!!! XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
404 No Name Found
Bleusaille
Bleusaille
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 25/09/2017
Age : 21
Localisation : quelque part sur la planète Terre

Feuille de personnage
Nom :: Eolizertrak
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCEAsser pour porter une armure lourde
POUVOIRAsser pour te déboiter
HABILETEJe peux jongler !

Endurance:
50/100  (50/100)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Mer 17 Oct 2018 - 8:56

2 EC ? pourquoi ca ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust72
Doppelsöldner
Doppelsöldner
avatar

Messages : 319
Date d'inscription : 12/01/2016

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Mer 17 Oct 2018 - 13:05

2 personnes n'ont pas posté de résumé  Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
404 No Name Found
Bleusaille
Bleusaille
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 25/09/2017
Age : 21
Localisation : quelque part sur la planète Terre

Feuille de personnage
Nom :: Eolizertrak
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCEAsser pour porter une armure lourde
POUVOIRAsser pour te déboiter
HABILETEJe peux jongler !

Endurance:
50/100  (50/100)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Mer 17 Oct 2018 - 14:13

Ahh il est content le MJ d'un coup hein ? ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
404 No Name Found
Bleusaille
Bleusaille
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 25/09/2017
Age : 21
Localisation : quelque part sur la planète Terre

Feuille de personnage
Nom :: Eolizertrak
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCEAsser pour porter une armure lourde
POUVOIRAsser pour te déboiter
HABILETEJe peux jongler !

Endurance:
50/100  (50/100)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Lun 22 Oct 2018 - 19:03

Résumé du 17/10/2018 :


     Cela fait plusieurs semaines que Drasc et moi cherchons des preuves de l'innocence de mon père ou qu'il c'est fait manipuler mais rien ! C'est frustrant de devoir l'admettre mais nous allons avoir besoin d'aide... Je le laisse s'occuper d'écrire la lettre. Je ne prend même pas la peine de voir ce qu'il écrit tant que cette lettre peut inciter les autres a nous rejoindre. En plus de cela je suis désormais l'obligé du duc Dudrax qui as réussi à annuler un duel a mort entre mon père et un ami de la victime et au passage a repousser la date d'exécution.

     Quelques temps et recherches peu fructueuses plus tard, alors que nous retournions chez le duc. Nous découvrons que notre aide est enfin arrivée ! Après de très brèves salutations, nous leurs faisons un rapide mais complet résumé de la situation et de nos potentielles pistes. Barry durant le résumé se ramasse 2 baffes (1 de moi et 1 d'Agathe) parce qu'il ne sait pas tenir sa langue. Après un long débat, nous avons décider de partir dès le lendemain à l'aube à la bibliothèque pour y trouver des informations.

     Nous ne serons que 4 finalement à y aller : Baptiste a préférer rester dormir. FAUX FRERE ! Arrivé à la bibliothèque, je me fais ignorer par un apprenti biblio à cause d'une demande mal formulée. Tandis que Barry et Agathe partent dans leur coin, Drasc se fait mener au rayon pour régler des problèmes d'érection. Après quelques minutes a bougonner, je pars à la recherche de Drasc pour le demander des infos sur de potentiels maîtres mages qui pourraient nous renseigner mais impossible de le trouver dans toutes ces rangées de livre.

     Après quelques minutes de recherche, j'aperçois des bibliothécaires affolés se précipiter dans une direction. Je les suis et découvre au centre de leurs attention : Barry ?!? Et apparemment le bouquin qu'il tient est pas très fréquentable (une purge par le feu sera nécessaire selon eux)... Barry et ses bouquins de merde sérieusement... Bon vu que personne veut le déloger, je m'en charge rapidement et avec méthode et obtiens comme récompense : une demande de les suivre avec menace armée... Sympa... Nous sommes conduit dans une petite salle où nous rejoins n vieillard (probablement le directeur de la bibliothèque) qui demande a Barry où il a trouver ce livre. Il finit par emmener le livre (surement pour aller le ranger) puis revient avec Agathe et Drasc (qui aura au passage laché son livre sur les trouble de l'érection). Après plusieurs échanges sur Barry et les bouquins maudits, il accepte de répondre a quelques une de nos questions pour essayer d'aide mon père. La conversation se solde par : « Vous devriez laisser tomber... ». Tu peux toujours crever le croulant mais hors de question.



     Pendant ce temps la, Baptiste retrouve Grulgat en ville et va se bourrer et se taper des prostitués avec lui.



[size=18]     Suite a cette nouvelle tentative sans succès, nous allons voir mon père en prison pour essayer d'en savoir plus sur ses périodes d'absence. Agathe lui demande alors s'il connait Togashi. Visiblement non. Barry nous explique alors qu'il aurait lu que Togashi serai un dieu et qu'il aurai fondé le culte du vieux avec le tatouage de tigre. Qui est suffisamment con pour croire ce genre de connerie sérieux... Après vérification, ni le sabre de mon père ni aucune de ses affaires ne semble avoir été maudite.[/size]

     Au passage mon père m'annonce qu'il a accepter le duel à mort car il en a marre de voir le nom de la famille ainsi sali et a décide de lui rendre son prestige. Soit, je lui servirai donc d'entrainement cet après midi.

     Agathe veut utiliser « le » livre pour faire des recherches et essayer de savoir qui aurai pu utiliser un sort de contrôle d'esprit sur mon père. Elle en trouve un exemplaire chez le duc. Ecoute la lecture de ce torchon m'est insupportable. Je pars donc retrouver mon père pour notre entraînement. Bon il n'y a pas a dire, il a pas perdu la main. Je doute que ce soit suffisant mais il devrai bien se défendre.

     Agathe finit par nous rejoindre pour le questionner mais une fois de plus rien qui puisse nous aider. Son père nous rejoins et annonce au miens : « Il est l'heure. » Ils ont rendez-vous avec le duc. J'attend donc dans l'antichambre.



     D'un coup, un hurlement retenti à l'intérieur. Je me rue pour découvrir le père d'Agathe blessé par le mien qui s'apprête a attaquer le duc. Je tente de le retenir sans succès. Il va falloir que je le désarme si je veux l'empêcher de recommencer. Notre combat s'engage sans qu'aucun de nous deux ne prenne l'avantage. Je tente un coup à la tête pour l'assommer... un craquement retenti. J'ai frappé trop fort. Une étincelle de lucidité passe dans ses yeux avant que ceux-ci ne soient recouvert par l'ombre de la mort. Qu'ai-je fait…






Voila pour mon résumé. On se retrouve mercredi pour la suite de cette aventure !


Dernière édition par 404 No Name Found le Mar 23 Oct 2018 - 8:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust72
Doppelsöldner
Doppelsöldner
avatar

Messages : 319
Date d'inscription : 12/01/2016

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Lun 22 Oct 2018 - 23:35

Alors juste une petite remarque sur ce résumé : l'entretien ne se faisait pas chez le duc, mais dans la prison, je me suis mal exprimé car notre cher Agathe a compris la même chose que toi Sif, sorry  Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust72
Doppelsöldner
Doppelsöldner
avatar

Messages : 319
Date d'inscription : 12/01/2016

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Jeu 25 Oct 2018 - 16:43

Alors, je vous prends comme témoin une nouvelle fois, mais j'ai zappé une scène hier soir qui aurait pu rapporter un point d'exp bonus... Donc oui, je me suis encore planté... Et merde!!!
Cher Jeannot, ta fracture par torsion dut à la mâchoire de ton chien...tu peux compter un point d'exp en plus pour celle-ci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frhejal
Soldat du Rang
Soldat du Rang


Messages : 48
Date d'inscription : 01/04/2017

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Lun 29 Oct 2018 - 11:45

Vide.
La pièce est bien vide. Qui a parlé ?
Barry frissonne en réalisant qu’il connaît la réponse. Bon elle lui veut quoi cette ombre ? La première fois elle voulait qu’on lui raconte une histoire. La deuxième fois elle voulait des bisous. Maintenant elle lui propose du thé. Rhum ou fleurs de cerisier. Elle va faire quoi la prochaine fois, l’inviter chez elle ?
Trente minutes plus tard, Barry est tiré de ses réflexions par un garde de la prison, qui apprend aux hôtes du duc que celui-ci est blessé. Tous filent à la prison fissa-fissa, après que Baptiste a lancé un morceau de viande dans sa chambre (???)


Une fois sur place, où Agathe les rejoint, ils apprennent que le père de cette dernière et le duc sont dans un sale état (le duc a reçut quelques soins, mais pour Fulbert, le pronostique vital est engagé). Pour plus d’info, se référer à leur camarade en cellule. Sif ??


Agathe réclame le meilleur médecin et annonce qu’elle paiera.


Sif est traumatisé dans sa cellule. Il est passé en mode autistique complet, si bien qu’il ne peut même pas apprécier le jeu du sort qui a amené Grulgat, l’ivrogne avec qui il avait fait un bras de fer au début de nos mésaventures, dans la cellule voisine. Comme personne ne sait quoi faire, sur l’avis de Grulgat, Barry file une claque à Sif. Celui-ci sort de sa prostration, saisit le col de Barry et commence à déverser un flot de paroles confuses concernant son père. Après un bon coup de vinasse de la part de Baptiste, il raconte :
Son père, celui d’Agathe et le duc sont entrées dans la pièce. Après quelques instants, des cris ont retenti, Sif est entré et a trouvé Gwyn penché, arme à la main, sur les deux autres qui gisaient dans une flaque de sang. Après un combat et un mauvais dosage de coup, Sif a tué son père.
Il décrira le regard du papa comme « Vide et méchant » durant le combat, et normal dans la seconde qui a précédé la mort.


Agathe fausse compagnie au groupe pour aller prévenir sa sœur (Ah, elle a une sœur?). Baptiste, Barry et Drasc s’en vont inspecter le lieu du crime. Concernant le trépassé, tout correspond aux dires de Sif. Sur la table, des lettres de demandes de duel adressées au père de Sif sont étalées.
fidèle à son habitude, Baptiste essaie de papoter avec les gardes, qui ne nous apprennent rien d’intéressant.
Soudain des appels à l’aide montent des cellules. Le trio se rue sur place, en même temps que Agathe qui est de retour. On trouve alors Grulgath qui immobilise un homme au travers des barreaux de sa porte, tandis que Sif est sorti de sa cellule et met un coup dans le ventre de l’inconnu. Agathe et Baptiste s’interposent, le monsieur est relaché, et Agathe engueule son frère, rapport a son manque d’honneur (ah, donc c’est son frère). Les deux vont s’enfermer dans une pièce proche, et ça commence à parler très fort… Tellement fort que les oreilles de Barry, qui se trouvaient par hasard contre le bois de la porte, saisissent une bonne partie de l’échange.
En résumé, la santé du papa s’améliore grâce au médecin de luxe, Agathe en veut à son frère de s’être attaqué à Sif qui est prisonnier sans défense (mais qui lui a quand même mis la paté avec l’aide de Grulgat, apparemment…). En gros Agathe a l’air d’être la seule de la fratrie à se soucier d'honneur actuellement.
Quand la dispute familiale prend fin, Barry et Agathe remontent inspecter le lieu du crime. Agathe saisi une des feuilles qui traînent sur le bureau avant de fixer Barry avec un regard très… Suspicieux. Un regard normal l’aurait mis mal à l’aise, mais là il a franchement l’impression que ça va encore barder pour son matricule. Et en plus il y a le fait que la feuille qu’elle a saisi était vierge la dernière fois que Barry a inspecté la pièce. Elle lui tend la feuille en exigeant des explications.
Sur la feuille, il est écrit : « Les fleurs de cerisier sont toujours les plus belles, Barry pourra le confirmer. »
C’est la même écriture qu’un autre mot concernant Togashi et la caste de la pierre céleste, selon Agathe. Sous les yeux de Barry, une autre ligne apparaît « Attention à la tête mon poto <3».
Ligne qui disparaît avant qu’Agathe ne puisse la voir, bien sûr. Bon… Barry se retrouve à devoir évoquer sa dernière hallucination concernant le thé. Qui a vraisemblablement eu lieu exactement à l’instant de la crise de folie de Gwyn.


C’est décidé, demain on retourne voir le bibliothécaire.
Il est temps de conclure la journée… Retour à la maison et dodo.


*** ***


Une voix réveille Barry. Il fait noir. Non, correction, il fait… Vide.
-Qui êtes vous et que me voulez-vous ? demande Barry.
La voix se féminise.
-Mon petit Barry, je veux juste m’amuser avec toi, sussure la voix de Felicia.
-Fouttez moi la paix !
-Oh, voyons.. j’ai pas envie, et tu ,n’a pas encore trouvé comment utiliser tes capacités. C’est un peu décevant, mais tu verras quand tu auras trouvé comment faire ce sera beaucoup plus drôle.


Non mais et puis quoi encore ? Raconter des histoires à un gamin, ça va, se bécoter dans un couloir sombre, ça c’est cool, se faire proposer un thé, c’est pas trop sa tasse, mais ça va encore. Par contre voir son nom écrit sur une scène de crime, avant de se retrouver dans le néant, là , ça ne va pas. Je veux me réveiller, pense Barry.
-J’ai juste fait un horrible cauchemar, résonne la voix de Sif dans le lointain.
Oh que non, c’est moi qui cauchemarde, se dit Barry. Je veux me réveillez moi !
-Allez, Voilà qui devrait te motiver, reprend Félica. Bonne chance pour leur échapper, ils n’ont pas mangé depuis.. Oh, un bon millénaire. Mais je te préviens, il vaut mieux éviter d’utiliser… le vide… ici…
Des infectes créatures pleines de griffes et de dents se ruent vers Barry. Celui-ci commence a fuir dans le rien, alors que la voix de Grulgat résonne quelque part. Barry l’appelle.
-Grulgat sort moi de là ! c’est Barry!
-Allez Sif arrête de te moquer de moi, petit comique.
Pff, ces ivrognes, pense Barry avant de retourner furtivement, pour constater que les créatures ont changé de forme, mais pas en bien. Et se sont considérablement rapprochées.
-SIF ! a l’aide !
-Barry ? t’es où ?
-Je sais pas ! Dans le noir !
Barry voix apparaître une faible lueur en forme de rectangle, et une main en sort pour tâter le néant. Il tente de l’attraper, mais ses doigts passent au travers. Les bêtes sont tout près, mais Barry a l’impression qu’elle ont un peu ralenti. Dark Felicia s’amuse encore un peu ? Barry sent qu’il devra payer plus tard la moindre faveur…
Il tente de se concentrer pour attraper à nouveau la main, quitte à devoir faire un vide intérieur … Grosse erreur. Non seulement il traverse à nouveau le poignet allié comme un fantôme, mais en plus des griffes colossales lui entaillent le dos. Ça fait mal. Ça pue vraiment. Il lui faut trouver la motivation de sortir du néant, même si le néant est plus ou moins un résumé de sa vie.
Allez, quelque chose là dehors qui donne vraiment envie sortir d’ici, de revoir la lumière, de ne pas finir ici dans un bout de rien… Qu’est-ce que le monde a de beau qui mérite d’être vu en plein soleil ? Ou sous un clair de lune, au bord d’un étang et qui a un grain de beauté sur la fesse droite?


Barry se jette de toute ses forces vers le carré de lumière. Il va ... y... a-r-r-i-v-e-EEERRRRR mais « on » le fait dévier de sa course alors qu’il allait surgir de l’ombre. À la place du cachot de Sif, Barry atterri sur quelque chose de chaud, doux et moelleux par endroit, qui sent très bon, qui a des cheveux soyeux qui n’a pas DU TOUT l’air contente de se faire tomber dessus en pleine nuit.
-Qui est là ? Fait Agathe en repoussant Barry qui se vautre lamentablement par terre en gémissant « Chuis où ? Chuis sorti ? Agathe c’est toi ? »
Une autre voix de fille ensommeillée marmonne un truc du genre « mmmkekiyaaa soeurette t’as dis un trucRRrrrZzzzz », Et Agathe fait comprendre à Barry que si il fait le moindre bruit il regrettera de ne pas être resté là d’où il vient, d’où qu’il vienne.


Une fois exfiltré vers la cuisine, Barry peut raconter à Agathe ce qui lui est arrivé. Au fil du récit elle lève tellement souvent les yeux au ciel que Barry fini par se demander s’il n’y a pas du vrai dans la première question que Grulgat lui avait posée. Finalement, elle annonce :
-Bon, On va te surveiller. Barry, à partir de maintenant tu ne sera plus jamais seul.
Voilà une phrase que Barry aurait préféré dans d’autres circonstances. Mais soit. Définitivement, demain on va voir le maître bibliothécaire. En attendant, il faut finir la nuit. Barry n’a vraiment pas envie de dormir dans le noir, Agathe fait donc descendre un matelas près de la cheminée. Et pour ne pas le laisser seul, elle en fait descendre un deuxième, car décidément ce soir Barry est une vraie fillette. Évidemment, dur de convaincre les domestiques que Barry, arrivé de nulle part en chemise de nuit, n’est « qu’un ami » , mais bon, passons.


L’aube pointe à l’horizon quand Barry ouvre l’oeil. Sur l’autre matelas Agathe dort encore. Il est sûr que c’est Agathe parce qu’il y a le grain de beauté à la bonne place. Après les quelques secondes nécessaires aux reconnexions neuronales du réveil, il réalise (avec une montée d’adrénaline) qu’il n’est pas sensé reconnaître ces fesses là, que la robe de chambre d’Agathe devrait être fermée et qu’il devrait y avoir une couverture par dessus. Il s’enfouit la tête sous sa propre couverture et tente de se faire oublier pendant qu’il entend Agathe se lever et aller ramasser ses draps à l’autre bout de la pièce. Barry ne sais plus si il doit maudire ou remercier l’ombre. C’est que ça commence a devenir vraiment frustrant là… En bien comme en mal.


Plus tard, Agathe et Barry déjeunent dans la cuisine quand la sœur déboule. Comparée à Agathe elle est… Différente. Certainement plus d’efforts pour paraître féminine, on sent qu’elle lutte pour ne pas se faire visuellement éclipser par sa sœur, mais bon, elle s’attaque à du haut niveau… Barry est un peu déçu, s’attendait-il à un duo d’Agathes ?
Évidemment, la sœur a vu les deux matelas devant la cheminée, et Barry est toujours en chemise de nuit.. L’idée est déjà enracinée dans le crâne de la donzelle, et plutôt que d’écouter les explications, elle se contente de regretter de ne pas avoir été au courant avant d’avoir trouvé un bon parti à Agathe.
Alors que Barry ravale sa salive avec difficulté, Agathe a plutôt l’air momentanément soulagée d’être peut-être débarrassée d’un prétendant.


Avant de partir, Agathe va au devant des racontars et monte voir son frère, reclus dans sa chambre, et qui il a l’air de se foutre royalement de ce que sa sœur peut faire ou pas et avec qui. Ça sent la crise d’ado en retard, se dit Barry.


Barry enfile des vêtements d’invité, et lorsque Agathe et lui sortent de la maison, ils tombent nez à nez avec Drasc. Celui-ci choisi de ne pas réagir à la présence nocturne de Barry chez Agathe (ou peut-être s’en fiche-t-il vraiment). Par contre il leur apprend que Baptiste est dans un triste état suite à une altercation avec son chien, que le chien en question s’est enfui, et que lui, Drasc, va à la prison voir Sif. Barry lui demande de transmettre une question pour Sif : « Est-ce que tu as fait un cauchemar ? ».


Une fois arrivé devant la maison ducale, les deux sont affligés : La porte a été défoncée, on peut voir l’entrée saccagée à travers l'encadrement. Sur le palier, un messager hésitant n’ose pas franchir le pas. Il leur remet alors une lettre pour le duc, portant le sceau de la bibliothèque. Et on imagine bien le sujet de la missive…


En filant dans sa chambre, Barry passe devant la porte de Baptiste. Il risque un coup d'oeil à l'intérieur, pour apercevoir un Baptiste dans un état complètement lamentable. Son bras possède un angle de plus que ce qu'il devrait, la chambre semble avoir été traversée par un ouragan griffu. Dés que Baptiste aperçoit Barry, il le traite de démon et le chasse en lançant maladroitement une bouteille dans sa direction, qui vient s'éclater à un demi mètre de sa cible. Barrry le laisse à ses malheurs et va se changer. Quand il revient, Agathe a commencé à soigner le bras de Baptiste, et celui-ci retente une démonstration de son nouveau sport de Barry-BottleBall. Barry retourne attendre Agathe en dehors. Qu'est-ce qui a bien pu prendre à Baptiste de s'acheter un molosse non-dressé ? Et pourquoi a-t-il prit Barry en grippe comme ça ?


Quand Agathe en a fini avec Baptiste, Barry et elle se remettent en route vers la bibliothèque, et demandent à voir le vieux maître des livres, qui ne leur apprend rien, à part que Barry va inéluctablement se faire dévorer et transformer par l'ombre. La seule chose à faire, c'est de ne pas chercher à en savoir plus. Barry est horrifié : il doit se FORCER A IGNORER des choses ? Genre, voir un livre et ne pas l'ouvrir ? Voir une phrase et ne pas la lire ???
Et le savoir, c'est contagieux. D'ailleurs il a à peu près tout raconté à Agathe… Oups. Si elle se met à entendre des voix, Barry sent qu'on va le lui reprocher. En supposant qu'elle ne se retrouve pas elle aussi téléportée on ne sait où au milieu de la nuit... Répression de pensées, répressions de pensées....
Ah, et on apprend aussi qu’il y a pour une bonne centaine de Koku de dédommagement aux frais du Duc (d’où la lettre…). Agathe est blême. Après avoir payé le médecin pour son père, elle est presque fauchée. Barry se dit qu’il faut qu’elle arrête de vouloir assumer les conneries des autres. Le rififi dans la prison, c'était entre son frère et Sif. La maison du duc, c’est Baptiste et son chien. La bibliothèque, c’est… Euh... C’est l’ombre. Un peu Barry aussi, mais surtout l’ombre. En tout cas ce n'est jamais venu à l'idée de Barry de salir son propre honneur (par ailleurs plutôt inexistant jusqu'à récemment) pour racheter les bêtises des autres. Enfin, ça ne rend Agathe que plus admirablement incompréhensible, se dit-il.


Quand le duo revient à la prison, on les fait directement entrer dans un isoloir. Tout le monde est là, Sif, Drasc, même Baptiste qui a probablement été transporté, vu son état…
Ah, et il y a aussi le vieux tatoué qui s'était enfui en cassant le mur de la tour de garde, celui qui est quasi invincible et qui a tué la sœur de Léonidas. Il nous accueille, tout sourire.


Dernière édition par Frhejal le Ven 2 Nov 2018 - 13:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust72
Doppelsöldner
Doppelsöldner
avatar

Messages : 319
Date d'inscription : 12/01/2016

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Lun 29 Oct 2018 - 18:15

Très bon résumé, je rappelle à 2 personnes qu'il doivent m'en faire un pour la semaine prochaine Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeannot
Her Präsident
Her Präsident
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 22/09/2016

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Lun 5 Nov 2018 - 19:06

Voilà le résumé, à peine en retard, des vacances de Deroche entre les deux dernières parties de la campagne.


Enfin un peu de repos. Enfin des gens normaux. Enfin, je suis chez moi.

J'ai pu revoir mes vieux parents. Ça fait plaisir ça. L'épicerie tourne toujours bien. C'est normal en même temps, les bateaux affluent toujours dans le coin. Et même plus que d'habitude on dirait. Y'en a qui s'arrêtent même pas au port, et qui continuent tout droit vers la frontière. De ce que je vois, ce sont des transports de troupe. Des gros.


Et en parlant de troupe, j'ai trouvé un membre de la mienne dans ma taverne. Une Agathe depenaillée, toute crade, était là. Elle serait revenue de son super entraînement. Bon, apparemment, elle était pas encore vraiment au niveau, mais elle a l'air de savoir ce qu'elle veut. Pendant qu'on se raconte nos vacances, on entend parler par des collègues gardes d'une histoire de fuite d'esclaves : un elfe, qui aurait réussi à tuer un ou deux de ses poursuivants. C'est bizarre ça, normalement on leur donne pas assez à bouffer pour qu'il puissent courir ; et on parle même pas de se battre ! En plus, les blessures relevées sur les corps des gardes étaient étranges : de nombreuses entailles en tous sens.


Cette histoire a été résolue plus tôt que je ne le pensais. Quelques jours plus tard à peine, une escouade ramène l'elfe présumé coupable en le traînant au sol par une corde. On voit tout de suite qu'ils se sont défoulés dessus : des marques de coups, un avant-bras du mauvais côté du coude, et les oreilles coupées. Bordel, moi aussi j'ai la haine pour la mort nos collègues ; mais (pour ce que ça vaut) on a pas de preuves, et on abîme pas un bien public comme ça ! Bah, maintenant ils veulent le pendre, et c'est pas moi qui vait les en empêcher. J'ai pas d'autorité sur eux, et de toute façon personne viendra défendre un el...ah si, ya Agathe. Elle réussit à se faire entendre, et accorde sa denière volonté à l'elfe : un duel. Bon, duel, c'est un grand mot. Il tient à peine debout et s'effondre au premier coup. Il reste là, gisant. Pff, c'était bien la peine. Le bout du chemin est le même. La fosse commune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
oawx
Délégué


Messages : 48
Date d'inscription : 19/12/2013

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Mar 6 Nov 2018 - 18:58

voila les "vacances" d'Agathe


Une fois le conseiller du duc Léonidas mort, nous nous remettons de nos blessures pendant de longs jours. La veille du couronnement du Duc Léonidas, un convoi arrive. Parmi eux, se trouve notre duc Dudrax, le capitaine, une femme guerrière avec une table basse derrière elle, un maitre mage et son apprenti. Le mage s’avance vers nous, je ne suis pas rassurée, il nous veut quoi celui-là ?
Le mage teste chacun de nous et remarque que Barry n’a pas été infecté par le poison. Ensuite il fait un cercle autour de nous et lance un sort. PUTAIN C’EST QUOI CE DELIRE ?  mais, mais, IL SAIT SOIGNER CELUI LA !!!!!
Nous sommes ensuite tous invité à l’intérieur. On me dit que des personnes m’attendent dans la salle d’entrainement. Chouette je vais pouvoir taper un peu, ça me manquait tellement ! Sif me suit car il espère voire de la baston. Arriver devant la porte, le capitaine m’ouvre, on se lance quelques salutations cordiales puis il fait un pas sur le coté et j’esquive de justesse la table basse qui m’arrive dessus, suivie de la guerrière qui est en posture de combat. Bien, moi qui pensais m’entrainer sur un épouvantail c’est râpé, et je suis un peu rouillé je n’arrive pas à faire ce que je veux. Elle me fait une dérouiller et me dit que je suis trop faible pour combattre. Mais c’est qu’elle sort les crocs la madame ! bref je lui saute dessus et enfin j’arrive à la toucher, mais ne comprenant ce qui se passe je préfère retenir mon coup. Elle me le rend, multiplié par 10, je fini assommée par terre et elle me remet la lettre de mon père, que j’attendais depuis plusieurs jours, sur le visage. Lorsqu’elle m’a assommé j’ai pu voir un médaillon d’un lion entouré de plusieurs lions. La fierté des lions !!!!!!! incroyable j’ai pu en rencontrer une et « essayer » un combat avec elle, trop bien !!!!!!
Je lis la lettre de mon père qui ne répond pas à la question que je lui ai posée. Au moins il est doué en politique. « PS : tu repartiras avec la guerrière pour suivre une formation. J’espère que tu reviendras en vie. » Sérieux ? une formation chez la fierté du lion ? un cadeau de remerciement du capitaine pour lui avoir sauver la vie. Je vais peut-être sauver la vie de plus de gens alors =)
Je suis invitée à boire avec eux. Ce que j’accepte en silence mais avec un grand sourire. Une femme de la fierté du lion en face de moi comment vais-je remercier mon père ? après plusieurs verres, un combat se fait entre Sif et la guerrière. Il lui fait une estafilade tandis qu’elle ne le blesse pas la seconde qui a suivi. Je prends note de tous ce qu’elle fait.
Le jour du couronnement, nous sommes congratulés comme des héros grâce à Léonidas. Gloups !
La fête bat son plein et j’apprends que je pars le lendemain matin, tôt au matin. Pendant une danse avec la guerrière je tourne la tête et voit Barry qui s’enfuit avec une demoiselle dans une autre pièce. Parce que c’est la fête et que j’ai envie de l’embêter, je le siffle. Je vais me coucher tôt car demain je pars tôt.
En partant le lendemain je passe la tête par l’entrebâillement de la chambre des garçons et leur dis au revoir avec un sourire aux lèvres et je pars. Sur le cheval, la guerrière met la table basse derrière moi et me dis que je l’aurais tout du long du voyage. Ok je prends ça pour une épreuve car galoper avec une table basse dans le dos qui cogne tout le temps c’est pénible. Arrivée au camp, j’apprends que je suis l’une des rares à avoir garder la table basse aussi longtemps (1 semaine et demie) et qu’on pouvait la détruire en cours de route. J’aurai aimé le savoir il y a trois jours. Au moins c’est une vanne très fréquente dans ce camp. L’entrainement débute dès le lendemain et je me fais bizuter car je suis la plus jeune et que j’ai été pistonné pour arriver dans le camp mais je me défends assez bien pour être au calme pour le reste de la formation. C’est une formation très difficile autant physique que mentale. Je tiens une semaine, puis deux mais je commence à tirer sur la corde physiquement. Mais je tiendrais, cette chance n’est pas donnée à tout le monde, et je dois rendre mon père fier de moi. Je tiens encore deux semaines de plus avant que le mental ne commence à pâtir. En effet entre la survie qui tient à un fil et le manque cruel de sommeil, je suis à deux doigts de craquer. Alors, à la pause déjeuner, je vais me trouver un coin pour faire de la méditation, et cela me fait tenir encore deux semaines de plus. Puis je suis convoqué. On me dit que la formation est finie pour moi, pour le moment. Car je ne suis pas assez forte pour la faire mais que j’ai su faire mes preuves. D’autres plus résistante que moi n’ont pas réussi aussi loin que moi. Leur porte ne m’est pas fermé j’aurais juste à contacter le capitaine et / ou mon père pour revenir dans la formation, car leur formation se déplacent très régulièrement. On me donne un laisser passer et un papier pour une auberge du village du coin qui est à une semaine. Les séparations sont difficiles car nos liens sont forts.
Pour aller au village je ne me presse pas, j’ai encore des bleus et le voyage sera comme du repos que je vais profiter. Durant le voyage j’aperçois au loin un homme, sans doute un sans-abri car il est mal habillé et les cheveux longs, gras et mal peignés. Il se fait attaquer par deux hommes. Il arrive a tué le premier par un coup d’estoc typique d’un duelliste, mais pour le second, le sans abri a plus de mal. Il le taillade partout, et petit à petit l’autre se vide de son sang. Finalement le sans-abri arrive à lui donner le coup fatal. J’arrive peu de temps à la hauteur du sans-abri qui est en train de panser ses blessures. A ma vue il commence à dégainer alors je lève les mains en signe de paix. Il me demande ce que je vais sur ce chemin. Je lui réponds que je vais au village voisin et lui propose de l’aider à se soigner, ce qu’il accepte. J’apprend qu’il veut aller vers le nord et propose qu’on fasse un bout de chemin ensemble car la route est commune jusqu’à avant le village. On échange des banalités, il m’apprend qu’il ne peut plus rejoindre sa famille alors il va aller très loin d’ici. On se sépare avant le village et lui souhaite de trouver un endroit paisible. J’arrive dans un petit village et me dirige directement vers l’auberge. Je suis pressée de prendre un bon bain chaud !
Je montre les papiers à l’aubergiste et il me montre ma chambre. J’allais y déposer mes affaires lorsque j’entends : « Sert une bière à la demoiselle » et je reconnais la voix, c’est mon camarade Deroche. On parle banalité pendant qu’on entend deux gardes parlé d’un esclave qui se serait échappé. La description correspond au sans abris que j’ai rencontré dans la forêt. J’essaye de ne pas en parler mais les mots sortent de ma bouche, c’est plus fort que moi je leur apprends ou je l’ai rencontré et ils envoient toute la garnison à sa recherche. Bon j’ai le temps de prendre un bain, enfin.
Un temps plus tard on entend du bruit dehors. Ce sont les gardes qui ramènent l’esclave. Ce dernier est à peine vivant. Je demande ce qu’ils comptent ne faire. Mais leur réponse ne me plaît pas. L’esclave demande un duel et je propose de répondre à sa demande malgré le fait que les gardes veulent venger la mort de leurs potes. Mais j’insiste et j’obtiens ce que je veux. L’esclave tient à peine debout et au premier coup il tombe, …, dans mes bras. Il me dit « au moins j’ai pu la sauver, elle et une autre esclave. La petite, elle a quelques écailles à la tempe gauche. Au moins elles sont saines et sauve » en même temps il me donne un objet dans la main discrètement. C’est un médaillon d’un héro et d’une dame et un portrait. Le tout est gravé avec une signature et une date ayant le même âge que l’esclave. Il va falloir que j'en parle à mon père.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeannot
Her Präsident
Her Präsident
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 22/09/2016

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Dim 11 Nov 2018 - 18:32

Ma tête...mais qu'est-ce que je me suis mis ? Mon sac est tellement plus léger tout d'un coup. C'est un banc ça. Qu'est-ce qu'il fait dans ma chambre ? Les copains sont là aussi. Et le sol, c'est de la pierre ? Mais on est en taule ! Enfin, plutôt dans la taule. Devant nous, un vieux. Le vieux. Toujours aussi maigre. Il nous parle avec des mots. Ah, il nous doit un mur si je me souviens bien. Bon, on va le tuer bien sûr. Mais ce serait bien qu'il paye avant.


Pff, il dit qu'il a pas d'argent. Évidemment. Ils ont jamais d'argent. Bon, eh bah on va le tuer. Mais pas tous seuls. J'me lève...zut, il est pas palpable ce sol. On va chercher les collègues. Le vieux chope mon bras avant que j’attrape la poignée. J'essaie d'avancer, mais ça veut pas. J'appelle la garde en m'égosillant, mais personne répond. Ah. Bon bah tant pis.


Je discerne vaguement quelques mots. Ça parle de « survie de l'empire », « d'impuissance ». Je sais pas pour le premier, mais le deuxième c'est normal pour quelqu'un d'aussi vieux. J'entends aussi parler de « coupables » . J'le connaît ce mot là. C'est bien. Une « ombre », et un autre truc qu'on sait pas comment qui s'appelle. On a que quelques mois, qu'il dit. Et mon chien est dressé aussi. Attends, quoi ? Ce monstre ? Mais je veux plus le voir moi ! Je sursaute et je glisse, mais le vieux me rattrape et me ramène doucement vers le banc. Pour ce que j'ai compris, en gros, c'est la merde. Il nous dit que les gens importants sont déjà corrompus par l'un des deux camps d'en face. Et puis on a un allié dans cette ville. Un gars avec des bandelettes. Le vieux a l'air d'avoir fini ; il parle « d'embranchement », et disparaît.


La bête est dehors. Je m'approche avec prudence, et il baisse la tête, comme s'il se soumettait. Je recule doucement. Il me suit.

Merde.


Je me dirige vers l'endroit où je l'ai acheté. Le mot que j'ai trouvé dans son collier a fini de me rassurer. Mais le vendeur veut pas me le reprendre, ni me rendre mon argent. Je soupire. J'achète un autre chien, un petit molosse, sans doute plus facile à dresser. Toi, tu vas t'appeler Mordicus. Parce que.
Il me suivent tous les deux ; et encore, c'est Titus qui empêche son petit congénère de s'enfuir. Pris d'une inspiration soudaine, je leur ordonne de rester assis. Je recule d'un pas. Aucune réaction. Un deuxième. Toujours rien. Je cours.
Arrivé à un coin de rue, je m'y cache quelques instants. En repassant la tête dans l'allée que je viens de quitter, je vois les deux chiens, toujours au même endroit, me regarder avec ce qui semble être de la perplexité. Je suis vaincu. J'abandonne.


En rentrant chez le duc, je vois que la porte principale est toujours défoncée. Les serviteurs me regardent mal, et me disent d'aller ranger ma chambre. Je conteste pas, je sais que c'est ma faute. Mais je vois une opportunité de me débarrasser du monstre velu. Je dit à un serviteur d'annoncer au duc que j'ai « maté » la bête qui a ravagé sa maison ; et que je suis tout disposé à la lui offrir en début de dédommagement.


Personne d'autre n'est à la maison. Je crois que les collègues sont retournés à la bibliothèque. Bon, je vais pas les laisser m'entraîner dans leurs bêtises ; je passe le reste de l'après-midi à m'occuper du dressage de Mordicus. Une fois Sif et Barry rentrés, ils m'expliquent qu'ils ont trouvé l'homme couvert de bandelettes, mais qu''ils ont du mal à le ramener avec eux. On élabore ensemble une fine stratégie pour s'occuper de ce problème, et ils repartent vaquer à leurs occupations. Je fais des progrès avec Mordicus, il commence à répondre à mes appels.


Au bout d'un moment, j'entends des coups et des exclamations dans la pièce d'à côté ; la chambre de Sif et Barry. Il est tard, je me lève et tape contre le mur en leur demandant gentiment d'arrêter leurs conneries. Soudainement, Titus se redresse, alerte, et fonce dans le couloir. Qu'est-ce qu'il lui arrive ? Je le suis, et le vois en train de gratter à la porte des deux autres couillons. Un hurlement inhumain résonne dans la maison, et quand la porte cède sous les assauts de Titus, je ne peux voir qu'un Barry en sang prostré sur le sol, et un Sif à l'épée plantée dans le plancher. Je descends pour trouver un linge avec lequel panser Barry. J'ai pas bien compris ce qui est arrivé, mais mes deux acolytes ont l'air sous le choc.


Et la soirée avait encore des événements en réserve. Après le repas, on peut apercevoir par les fenêtres un bâtiment qui brûle au loin dans la nuit fraîchement tombée. Même à travers les épais murs de la maison, le hurlement d'un loup résonne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust72
Doppelsöldner
Doppelsöldner
avatar

Messages : 319
Date d'inscription : 12/01/2016

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Lun 12 Nov 2018 - 0:47

Joli, je promet de faire mieux pour ma part cette semaine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
oawx
Délégué


Messages : 48
Date d'inscription : 19/12/2013

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Mar 20 Nov 2018 - 18:53

Petit résumé de la semaine:
Je me trouve devant ma maison en flamme, avec l’elfe que j’ai sauvé en train de danser dans les flammes et en rigolant. Ma sœur se trouve à ma droite et mon frère se trouve à ma gauche. Et nous n’avons pas de brûlure. Tiens je n’ai plus peur du feu. Bizarre ….
Que faire ? je ne sais pas. Je suis perdue. J’ai tout perdu. Sauf ma famille.
En face de moi je peux voire Drasc dans les bras de Gruulgat en train de pleurer. Et ils sont tous les deux brûlés. Mais que s’est-il passé ?
Des gardes nous emmènent à la prison, rejoindre notre père. Tout juste arrivé sur le lit d’appoint je m’effondre de fatigue. Je me réveil à ma droite se trouve mon père et à ma gauche se trouve mon frère et ma sœur. Dans le coin de la pièce se trouve Gruulgat. Le duc et Drasc sont aussi dans la pièce.
Mon père me félicite pour avoir sauvé mon frère et ma sœur. Mais je n’ai rien fait ! Je ne me souviens de rien, sauf de l’elfe et du feu dans la maison. Sur ce, il m’annonce qu’il s’est enfin décider pour savoir qui reprenais les rennes de la famille, et félicitation ce sera … moi …. ! Non !!!!! Je ne veux pas avoir la responsabilité de toute la famille. Je veux rentrer dans la fierté du lion. Mais est-ce que je peux faire ce que je veux ?
Sur ce Gruulgat arrive, bandé de partout et il a voulu recommencer notre rencontre. Je l’arrête juste à temps pour éviter un problème avec mon père. Il a une bonne impression sur mon père, puisqu’il est le premier à être rentrer dans la maison en feu pour nous sauver. Puis il s’en va. Roman et Marie bougent enfin (ils étaient déjà réveillés grrr !!). Ils me félicitent pour la direction la famille et sont d’accord. Super, je n’ai pu le choix. Vive la famille …. J’ai tout perdu sauf ma famille et maintenant je dirige la famille. Est-ce un signe du destin ?
Je passe le reste cette journée avec ma famille qui sont plus détendu avec moi, depuis que tout est dit, enfin presque tout.
A un moment Sif arrive et va voire le duc. Ils sortent de la pièce et le duc revient, seul, avec un paquet dans les mains, et un sourire aux lèvres. Il m’informe que la dette de 100 koku a été payé. Ouf un problème en moins…. Quoi ? comment ??????
La journée se passe et je reste une nuit de plus avec ma famille.
Le lendemain matin je décide d’aller voir mes camarades. En arrivant un serviteur me demande de calmer la troupe. Je réponds complétement blasée que je vais faire du mieux que je peux. Mais qu’est-ce qu’ils ont encore faits … ?
Je vais les voire, et leur apprend que ma maison a brûlé avant-hier soir. Drasc me dit que c’est celui-qui-n’as-pas-de-nom qui a déclenché l’incendie de ma maison pour une raison que lui seul sait. Super !!! Je vais pourchasser un inconnu. Ils me suggèrent de regarder dans ma chambre pour mon katana. C’est une futilité car je sais qu’il était dans ma maison. J’essaye quand même et je vois un truc brillant sous mon lit. Encore une fois ! Au moment où je vais le prendre sous le lit, une patte de mante religieuse m’attaque. Je crie et il me répond « mince je me suis trompé de chambre ». Ensuite nous entendons Deroches crier. Il nous parle de cette bestiole, je suppose a même que celle qui était dans ma chambre. Pendant qu’ils discutent, je m’aperçois qu’il n’y a plus aucun bruit au rez-de-chaussée. En descendant, je m’aperçois que tous les serviteurs sont décédés par un objet qui les a transpercés à plusieurs reprises, chacun.
J’entend une voix dans ma tête qui dit « c’est toi qui l’as fait venir, assume tes erreurs » et mon sang ne fait qu’un tour car je suppose fortement que c’est cette putain d’ombre et je vais voire Barry, qui me confirme mon intuition. Super maintenant l’ombre peut me parler, comme si j’avais besoin de ça. Il manquerait plus que cette dernière lise les pensées et les cries sur tous les toits !
Pour essayer d’attraper la bestiole, Barry s’assoit sur une chaise, en plein milieu de sa chambre car il pense que c’est lui que veut la bestiole. Ou plutôt, il essaye d’assumer ses erreurs. Au moment où il s’assoit, la bestiole lui saute dessus depuis le plafond et lui laisse une profonde estafilade sur le torse. Puis la bestiole prend une forme gigantesque avec des petites jambes qui ont des articulations inversées par rapport aux humains, des bras comme les pattes des mantes religieuses, un torse mesurant au moins un mètre de haut comme de large. Une véritable vision d’horreur ! dans le feu de l’action tout est flou mais j’arrive à distinguer que Sif lui met plusieurs coups d’estoc qui porte et le blesse, même si la bestiole reste debout. Drasc met un bouclier de feu sur Barry, ce qui énerve la bestiole qui s’en prend au mage. Le chien de Deroche attaque mais dès qu’il se prend un coup de la bestiole, il arrête. J’arrive à le toucher une fois sur deux et Deroche est en garde devant Barry. Bref, le combat se termine par Sif, qui met un dernier coup à la verticale, et coupe littéralement la bestiole en deux. L’ombre se disperse et la bestiole prends la forme d’un ado, esclave, enchainé avec des lanières.
En voyant l’esclave Drasc nous apprends que cette nuit, quasiment tous les esclaves de l’entrepôt ont été décédé et qu’avant, il y a eu des disparitions d’esclaves. Je propose que l’on aille à l’entrepôt puisque tous cela semble lié. Puis Barry marmonne « J’ai déjà fait un sale boulot pour enlever la dette de 100 koku ». S’ensuit alors une discussion que je n’ai pas envie d’entendre. Plus vite on règlera le problème des esclaves, plus vite on réglera le problème de l’ombre avec une armée, et plus vite je pourrais trouver une solution pour ne plus diriger ma famille. Donc pendant la discussion je m’aperçois que Barry a vraiment été blessé par la bestiole, je me décide donc à le soigner. « Il aime que tu le touches », en entendant cela ma mâchoire se crispe et j’ai serré de toute mes force le bandage avec les mains crispés. Je vais tuer cette ombre !!!!!
Une fois dehors et en route vers l’entrepôt Gruulgat nous rejoint et veux venir avec nous. Il fait ce qu’il veut, aujourd’hui je ne suis pas d’humeur à faire attention aux personnes qui m’entoure et qui peuvent être de la chair à pater pour l’ombre. Arrivé à l’entrepôt, les gardes nous apprennent, que si l’on veut enquêter, il nous faut un laisser passer. Pour cela, on se divise en deux groupes. Un premier qui va voire le duc, composer de Deroche et Sif ; et un deuxième groupe composé du mage, de Barry et de moi.
En arrivant chez Tarrasa, nous lui expliquons ce que nous voulons. Elle nous dit qu’il n’y a rien d’inhabituel à part les esclaves morts cette nuit. Que l’ado que nous avons tué ne leur appartenait pas. Que des disparitions il y en a toujours eu même depuis l’époque de ses grands-parents. Et qu’aujourd’hui cette disparition additionnée ferait près de centaines de milliers d’esclaves. Wouah cela fait une sacrée armée pour cette ombre ! et il y en a surement plus puisque l’ado ne leur appartenait pas !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust72
Doppelsöldner
Doppelsöldner
avatar

Messages : 319
Date d'inscription : 12/01/2016

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Mar 20 Nov 2018 - 19:08

Mais quelle déception...Et moi qui voyait déjà arriver un échec critique T.T
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drascur
Recrue
avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 11/10/2018
Localisation : Le Mans

Feuille de personnage
Nom :: MOI
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE9999
POUVOIR9999
HABILETE0

Endurance:
9999/20  (9999/20)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Mar 27 Nov 2018 - 21:59

Le repas est servi !
 


Alors que 3 personnes du groupe actuel, à savoir Sif Deroches sont chez le duc pour récupérer une autorisation d'enquête. De leur côté Agathe, Barry et Drasc sont chez Tarrasa pour la même raison.


                Tarrasa a l'air bien ennuyée de la discussion et se sent vraiment offensée par le discours de la demoiselle. Les deux hommes eux restent en retrait en train de discuter de je ne sais quoi, quelle impolitesse ! Tarrasa, quelque peu ennuyée par la tentative désespérée d'Agathe finit par leur fournir le droit d'enquête.Toutefois, à la condition de fournir un rapport journalier des progrès.
Plus ou moins satisfait de leur nouvelle obtention, le groupe sort de la maison pour tomber sur... les 2 autres ! Eux aussi ont réussi à récupérer une autorisation, avec moins de contraintes par contre.



                Chose faite, le groupe décide alors de se diriger vers la bibliothèque à la recherche de l'homme mystérieux aux bandages, l'autorisation n'étant valable qu'à partir du jour suivant. Sif et Deroches ont d'ailleurs appris de la part du duc Dudrax que la bibliothèque était fermée pour des raisons non spécifiées.  Comme c'est étrange...



                Cela ne les décourage pas à sonder les environs à la recherche de l'homme bandé ou même d'informations. Dans la confusion, Barry s'en va sans rien dire dans un restaurant afin de récupérer des informations. Mais, cet homme est dangereux tout seul ! Un "Que quelqu'un le suive !" retentit ! C'est Agathe qui ne veut pas qu'il cause des soucis. Drasc qui a alors décidé de le retrouver à l'intérieur cherche tant bien que mal à gérer la situation. S'ensuit un dialogue court entre Barry et le serveur :



- Monsieur... Je crois que la dame dehors vous cherche.

- Oh, ne vous inquiétez pas elle est juste très possessive.



Le serveur regarde à nouveau la dame et pense "Elle est trop belle pour lui qu'est-ce qu'il raconte.". Drasc prend l'initiative de s'asseoir à une table en terrasse pour commander quelque chose, il est vrai que cela ne se fait pas vraiment de déranger les serveurs lors de leur travail.
C'est Deroches qui arrive en premier se questionnant sur leur position mais surtout sur la disparition de Sif qui est introuvable. Agathe arrive peu de temps après et les 4 décident de prendre une bonne bière(sa mère). Le serveur les apporte rapidement, c'est à ce moment que Drasc décide de poser des questions au serveur à propos de l'homme au turban.



                Le garçon avec son sens de l'ironie qui a l'air d'être son seul point fort et sa seule caractéristique notable répond que des hommes comme ça, il y en a plein à l'hôpital. Gêné par la réponse et à la fois persuadé qu'il en sait plus, le mage pose 10 zénis sur la table, de quoi desceller la bouche des moins bavards.
L'homme correspondant à la description rentre et sort de la bibliothèque aux horaires d'ouverture et de fermeture quasiment tous les jours. Il s'agit même d'une personne sympathique venue parfois discuter au restaurant. Sa maison se trouve probablement dans le quartier nord.



                La demoiselle du groupe décide de le questionner. Voyant que celui-ci est peu réceptif, elle tente de faire jouer de ses atouts pour que la situation tourne en sa faveur. Même si ce n'est pas honorable, cela reste un moyen d'arriver à ses fins après tout ! Cependant, le serveur peu convaincu par la prestation se rappelle du dialogue précédent et annonce en regardant Barry "Ah, je comprends mieux.".



                S'ensuit alors une scène inimaginable dans des circonstances classiques : Le gros chien de Baptiste, Titus saute sur la table et chope la bière que le soldat d'âge moyen avait prévu de se siroter ! Drasc tente de lui céder la sienne, n'étant pas intéressé par la bière tant que ça(il avait été contraint d'en prendre une) mais rien n'y fait !
Le chien de guerre s'empare de la deuxième chope et l'écrase par terre tout en léchant vaillamment sa nouvelle prise. Un chien alcoolique, on aura tout vu pas vrai ?



                Sif arrive alors et ne porte que peu d'attention à la scène. Cet homme imposant avec sa grande carrure indique qu'il a suivi l'homme mystérieux sur les toits. Leur échange a été rapide, il semble que la personne recherchée se balade souvent sur les toits et que le coucher de soleil est d'une grande beauté sur les toits de la ville.
Peu après cela, il est reparti vers ce qui semble être les quartiers nord. Au moins, les deux versions de l'histoire coïncident, ils sont sur la bonne voie !



                La prochaine décision de cet attroupement est de le retrouver à l'odeur. Après tout, grande carrure a rencontré la cible de leurs recherches et ils disposent à leur côté de deux chiens ! Même si objectivement, les deux sont comme le soleil et la lune...



                Comme des flèches ! C'est comme ça qu'ils sont partis ! Les 5 guerriers tentent tant bien que mal de les suivre. Deroches arrive en premier. Sif, Barry et Agathe par la suite. Finalement, Drasc arrivera essoufflé d'avoir eu à courir alors qu'il est en robe et que courir n'est pas son fort. Sur place, le borgne dresseur de chien assiste à une nouvelle scène improbable : Titus et son jeune camarade sautent tête baissée dans ce qui semble être une fenêtre(ouverte) d'une auberge. Retentit alors un énorme "SORTEZ CES CLEBARDS DE MA CUISINE!!!".
Titus ressort avec un énorme saucisson entre les mâchoires. Deroches n'est évidemment pas très content, surtout qu'il déteste déjà son gros chien depuis que celui-ci a littéralement essayé de tuer son maître. Le cuisiner arrive tout énervé mais Oeil de verre ne lui donne aucun répit, il lui donne 10 zénis(Tiens donc?) en dédommagement et le force à repartir travailler. Quel toupet diront certains, quel génie diront d'autres. Non animé par la volonté de faire plaisir à son chien, Baptiste décide de plonger le saucisson dont la bonne moitié a été gâchée dans la bouche du chien dans la rivière.



                Ceci étant fait, un indice reste un indice. Le comité rentre dans l'auberge en prenant soin de laisser  les molosses à l'entrée. Vous croyez que vous avez tout vu ? Attendez un peu d'entendre ce que va demander le dresseur de chiens à l'auberge : "Je veux un verre d'eau". Un silence aussi énorme qu'on dirait qu'un cadavre parle.
Pas un son, que des bouches figées sur place. L'air affligé, il rétorque qu'il ne fait pas ça par plaisir non plus. En tous cas, on pourra l'applaudir pour son (stupide) courage !



                Il ne leur faudra pas de temps pour remarquer l'homme aux bandages au coin du feu. C'est Agathe et Deroches qui vont essayer de lui parler pendant que les autres restent en retrait à une table. Bien que le début de l'échange ait été maladroit, il se poursuit relativement bien même si quelques points étranges sont à retenir. Il s'appelle Ethen, il affirme que Barry a trainé Deroches en dehors de la bibliothèque alors que personne ne se souvient de ça. Il ne sait rien de Togashi ou même des informations que ce dieu a donné. Par contre, il a été grandement intéressé d'entendre que ceux-ci sont au service d'un dieu.
Il a aussi dévoilé ce qui semble être un tatouage en forme de ronces sous ses bandages. Pendant la discussion, les deux toutous débarquent dans l'auberge. Même si Drasc arrive a remettre le petit chien dehors, Titus se dirige fièrement vers son maître qui tente tant bien que mal de le contenir. Finalement, intéressé par les dires du groupe, il est intéressé pour les retrouver 30 minutes plus tard dans un parc non loin.



                Sif, et Deroches sont en train de faire des rondes autour. Drasc les rejoint peu de temps après que Barry ait mentionné que moins tu en sais, plus tu es en sécurité. Alors qu'Agathe et Barry discutent des événements passés, Drasc et Sif remarquent une silhouette au loin s'enfuir en croisant leur regard. Evidemment, l'information ne fait pas deux tours dans la tête de Sif et il se met à courir après l'individu !
Il finit malheureusement par se faire semer. Le manieur de magie pense qu'il s'agissait peut-être de son père, vu tous les évènements louches qu'il a vu se produire, cela ne l'aurait guère étonné.



                Ayant fini de parler, Ethen veut parler seul à seul avec Barry dans une chambre d'auberge. Décidément, cette discussion va avoir lieu dans tous les endroits de la ville. Mais quand Agathe qui était juste devant la porte n'entend plus un bruit dans la chambre, elle commence à s'inquiéter et crie leur disparition à la fenêtre pour que les autres l'entende. Tout le monde se dirige vers la chambre sauf Sif qui escalade le mur pour aller sur le toit ! Un beau paysage, cela va sans dire. Mais aucune trace d'Ethen ou de Barry.
Les deux personnages se sont retrouvés dans les ombres comme ils n'en avaient jamais vues.
Ethen n'en avait d'ailleurs jamais vu tout court. C'est dans cette masse étrange que notre nouvel ami s'est retrouvé à dévoiler ses pouvoirs : de l'électricité, en grande quantité. Par un mécanisme qu'il nous tarde de dévoiler, Barry touche Ethen pour sortir des ombres et c'est alors que dans la pièce dans laquelle était les autres se fait entendre un "BOUM".



                Sif débarque par la fenêtre aussitôt puis voit Deroches et Drasc qui soulèvent le lit, source du grand bruit. Se dévoile alors Barry et Ethen. Mais qu'est-ce que c'est que cette calomnie ! Barry convulse, de la bave sort de sa bouche, ses yeux sont blancs, grand ouverts ! Sif l'a montré plusieurs fois, il réagit vite et l'a prouvé une fois de plus.
Ne supportant pas la vue de Barry aux portes de la mort, il le prend sur ses épaules et l'emmène à l'hôpital le plus proche, comme si sa vie en dépendait ! Certains diront qu'il cherche à combler le trou qu'a laissé la disparition de son père, d'autres diront juste que c'est un homme simple qui protège ses amis du danger.



                L'histoire ne se termine pas là, Ethen reprend vite ses esprits et indique qu'il est capable de soigner. C'est au tour du borgne de faire ses preuves. L'hôpital est bondé et on ne sait pas comment il va en ressortir. Il porte alors le présumé soigneur et court vers l'hôpital suivi d'Agathe et Drasc. C'est Sif ! Au bout de la rue !(Tiens il a raté ses chances à l'hosto)
Les héros crient mais sans réponse, il ne les entend pas. Sif entend dans son oreille "Un médecin, à l'intersection". Interpellé, il s'arrête et regarde autour de lui, pas longtemps certes, mais assez pour que les autres puissent le rattraper et sauver Barry de la mort qui ne lui murmurait... pas que du bien. Ouf, le pire a été évité.



                Fatigués de cette journée, les personnes éveillées se dirigent vers la maison du duc. Ah oui, cette maison qui a été saccagée par un elfe adolescent qui prend forme de monstre, le chien de la licorne de Baptiste, des coups d'épée dans le plancher et toutes les chambres défoncées (sauf une). Sans oublier tous les serviteurs morts qui croulaient par terre. Franchement, quoi pour déplaire ?



                Arrivés devant la maison, le duc est devant la porte avec la famille d'Agathe. Sans surprise, il est vraiment énervé. Après tout, il ne s'agissait que d'une affaire de meurtre au départ. Mais il s'est fait attaqué par un homme qu'il pensait de confiance, a séjourné dans la prison, appris qu'il devait payer les réparations de la bibliothèque. Et maintenant sa maison est une ruine, et il veut un coupable. Et c'est là que le pire arriva. Drasc s'avance et parle au duc pour s'innocenter de toutes les accusations que Dudrax a déblatéré envers le groupe, appuyant l'argument que seule sa chambre était propre et qu'il n'a rien pu faire pour empêcher toutes ces atrocités.
Il a même désigné Barry comme coupable dans le procédé ! Quel connard ! Des regards accusateurs se font sentir mais aucune voix ne s'élève. Hormis celle du duc qui commence à jeter la vaisselle qui se trouve à ses pieds sur le groupe avant de lâcher un "BARREZ-VOUS!". Tout le monde s'en va dormir dans une auberge, Ethen inclus. Sur le passage, Agathe en profite pour glisser un mot à son père "Tu vois que je ne mérite pas d'être chef de famille.". Car ses objectifs sont différents de ceux de son père qui la voit à la tête de la famille.



              Au bon matin, du bruit se faire entendre dans la chambre de Deroches, son chien aboie de toutes ses forces ! Tiens, les chiens sont autorisés ici ? Les autres arrivent pour lui parler mais il ne veut pas donner de détails précis. Il a eu un cauchemar mais refuse d'en parler. En parlant de quelqu'un qui a eu une mauvaise nuit, Barry a un œil qui a changé. La coloration est devenue blanche suite au passage dans les ombres.






Un messager les retrouver pour donner une lettre pour Deroches. Ses parents ont disparu. Une autre lettre est pour Drasc. Son maître a répondu à son dernier message et lui dit officieusement de tuer son père qui est toujours considéré comme un traître pour l'empire.





... Décidément les histoires de famille ...


easter egg: Je porte une perruque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
404 No Name Found
Bleusaille
Bleusaille
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 25/09/2017
Age : 21
Localisation : quelque part sur la planète Terre

Feuille de personnage
Nom :: Eolizertrak
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCEAsser pour porter une armure lourde
POUVOIRAsser pour te déboiter
HABILETEJe peux jongler !

Endurance:
50/100  (50/100)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Mar 27 Nov 2018 - 22:16

je vois que ton personnage pense grand bien du mien... fumier X')
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drascur
Recrue
avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 11/10/2018
Localisation : Le Mans

Feuille de personnage
Nom :: MOI
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE9999
POUVOIR9999
HABILETE0

Endurance:
9999/20  (9999/20)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Mar 27 Nov 2018 - 22:35

J'ai fait ce résumé du point de vue narrateur et non du personnage. Après si tu as vu du mal sur ton personnage tu peux te remettre en question... Parce que le mien est exemplaire !

_________________
On aspire à devenir ce que l'on admire
Pas de chance, j'admire tout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drascur
Recrue
avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 11/10/2018
Localisation : Le Mans

Feuille de personnage
Nom :: MOI
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE9999
POUVOIR9999
HABILETE0

Endurance:
9999/20  (9999/20)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Ven 30 Nov 2018 - 21:42

Le meujeu nous a demandé de poster des théories à la con (le à la con vient de moi) alors je vais me tuer à la tâche, malgré que ça ne sera probablement que des bribes de théorie par ci par là. Mon post sera plus là pour situer les choses je pense. Je peux aussi me mettre à genoux pour m'excuser si il y a des erreurs ! Ne demandez pas un seppuku par contre Mad

...

J'ai d'abord envie de commencer avec ceux que je suspecte d'avoir été corrompus au moins une fois par l'ombre.

Grulgat : Rien à dire de très important sur ce personnage, à part qu'il a l'air de se transformer en loup-garou dès que l'ombre est impliquée.

Barry : à vrai dire, l'histoire tourne un peu autour de lui, il a été tenté une fois par l'ombre et n'a pas fini d'en entendre parler... doucement à son oreille. On a la preuve qu'il a été corrompu au niveau du passage à la bibliothèque, il aurait traîné Deroches en dehors de la bibliothèque sans que ni l'un ni l'autre ne s'en souvienne. Ironiquement, je pense que Barry n'a pas vraiment la force de porter un colosse pareil...

Désolé j'ai zappé son nom, le père de Sif : Il est la preuve que la manipulation de l'ombre peut s'arrêter brutalement et on n'en a jamais souvenir. Cependant, son cas a l'air de prouver qu'un individu contrôlé par l'ombre ne va pas au delà des limites du contrôlé et prend même les compétences. Après tout, il a à priori écrit un livre entier inconscient et avec son écriture.

L'elfe de la famille d'Agathe... Son cas peut sembler sans intérêt au premier abord mais lorsqu'il était corrompu, le loup-garou voulait absolument sa peau. On voit d'ailleurs très bien avec les chiens du groupe qu'ils sont très sensibles à l'ombre, même quand ce ne sont juste que des cauchemars.
On peut peut-être assumer à partir de là que les cauchemars sont une forme de corruption...

Le conseiller de Léonidas : Je n'ai pas vécu cette partie de scénario donc je ne peux pas vraiment dire mais son cas est clairement différent de celui des autres. Il ne semblait pas corrompu mais plutôt possédé, dans la même idée que l'elfe adolescent qui s'était transformée en énorme monstre. Ce qui mène à une question intéressante : Est-ce qu'une personne est considérée morte ou vivante lorsqu'elle est possédée?

...

Dans le clan des ombres, on peut distinguer deux entités connues. Félicia et l'être qui n'a pas de nom. Le fait même que Félicia se donne un nom est étrange, il se peut que l'ombre prenne une personnalité quand elle décide de posséder un corps. Elle s'est prise d'affection pour Barry et le lui montre à chaque occasion. On n'en connaît officiellement pas plus sur son identité.

L'être qui n'a pas de nom lui a fait deux apparitions revendiquées dans l'histoire. C'est lui qui a enclenché le feu magique dans la maison d'Agathe et c'est aussi lui qui a attiré Sif, Deroches et Drasc vers le père de celui-ci. Ses objectifs sont clairement de monter une armée d'esclaves mais je ne m'avance pas sur l'utilité de cette armée. Quant à ses actions, je ne sais pas vraiment si tous ses choix sont optimaux ou si il nous teste par moments.

...

Il y a derrière tout cela des personnages dont les objectifs ne sont pas clairs. Il y en a quand même un certain nombre.

Le père de Drasc est louche mais à cause d'une petite bête PEU FEROCE il est mort sans dire quoi que ce soit. Le fait qu'il se cache de la vue de tout le monde peut aisément se justifier par le fait qu'il est considéré comme un traître et que n'importe qui peut le tuer sans justificatif. Son affiliation à l'ombre est difficile à démentir, il a plein de documents sur les événements étranges qui se sont produits récemment. La question est alors, est-ce qu'il enquête ou alors traque juste ses cibles ? En tous cas, la réponse ne sortira pas de sa bouche.

Le scribe du duc voisin est clairement venu en essayant de se cacher mais il est très vite mort et ses documents se sont envolés en même temps que son âme. Le fait qu'il soit mort sur la place au-dessus de laquelle papaDrasc se cachait et que personne n'ait vu quoi que ce soit n'aide pas vraiment à la compréhension. Il a par contre mentionné un nom avant de mourir... Dudrax.

Dudrax est un duc qui est très colérique depuis quelques temps(en même temps...). Mais au delà de tout cela, je pense qu'il sait des choses qu'il ne dit pas. Il a quand même annulé une dette de 100 kokus pour un vol d'une boîte à la bibliothèque. D'ailleurs, mon personnage a vu une boîte dans la maison du duc qui avait un design très voyant, si c'est celle en question...

Il y a aussi le mage du duc voisin qui n'a plus donné de nouvelles. Bien que je n'ai pas grand chose à dire sur lui il a quand même à priori lancé un sort de conservation de viande sur un cadavre.

Le bibliothécaire en charge du bâtiment est louche aussi, même si on l'a peut-être oublié. Il y a quand même des documents interdits dans sa bibliothèque et peut se montrer agressif. L'établissement a même été fermé pour des raisons non spécifiées.

Un personnage évidemment douteux est Drasc. Même si il n'a jamais réellement refusé d'apporter son aide, ses véritables intentions ne sont pas claires et il a prouvé que si ça l'arrangeait, il était prêt à retourner sa veste sans soucis.

Voridel, le maître de Drasc n'a pas eu énormément d'apparitions mais est quelqu'un de très rusé et puissant malgré l'apparence qu'il peut donner. Ce qui fait de lui un personnage dont on ne connaît pas le camp est sa tendance à esquiver les questions déplaisantes et aussi sa tendance à toujours partir faire des choses en secret.

Togashi est bien sûr le plus intriguant de l'histoire. Il a assassiné une personne sans nous donner de vraie raison et est apparu comme par magie devant le groupe avant de disparaître de la même manière. Le fait qu'il nous dise que ses pouvoirs sont affaiblis le décrédibilise quelques peu et en même temps lui permet de rester flou si c'est faux.
Retrouvez l'homme bandé aux cheveux gris et allez vers l'ouest, vous reviendrez à la tête d'une grande armée. Le pompon, ce serait que tout le monde se fasse corrompre et que la grande armée sois celle que les ombres est en train de préparer.

...

Pour pouvoir tromper ses ennemis, il faut d'abord tromper ses alliés. Après tout, peut-être que le cerveau est encore caché ou qu'il ne s'est encore jamais montré. Peut-être même qu'il a simulé sa mort !

Il m'en manquera certainement mais je vais essayer de finir par la liste des morts :

Princesse tuée par Togashi, concubine d'Arthas, Petit frère de Léonidas, Arthas, conseiller et scribe de Léonidas, Pères de Sif et Drasc, Elfe amant de Tarassa, Ancien étenteur du blason de la famille de Barry, Elfe adolescent(transformé), Elfe de la maison d'Agathe

_________________
On aspire à devenir ce que l'on admire
Pas de chance, j'admire tout
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faust72
Doppelsöldner
Doppelsöldner
avatar

Messages : 319
Date d'inscription : 12/01/2016

Feuille de personnage
Nom ::
Caractéristiques:
CaractéristiquesValeur
FORCE
POUVOIR
HABILETE

Endurance:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   Sam 1 Déc 2018 - 15:08

Alors petite précision : je ne me souviens que ton personnage soit au courant du vol du livre, et tu n'as jamais vu la boite chez le duc.

Il te suffira de demander à notre cher Barry, mais Félicia obscur est la même entité que l'Ombre, il pourra te le préciser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Et la foudre frappa...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Et la foudre frappa...
Revenir en haut 
Page 14 sur 15Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15  Suivant
 Sujets similaires
-
» FOUDRE (LSD)
» FOUDRE - L 9011 (TCD)
» FOUDRE - A646 (1952-1962) puis L9020 (1962-1969) : ce qu'il faut avoir lu ou vu
» Quand la foudre tombe deux fois au même endroit
» Accident d'hélicoptère

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mystic Glue :: Mystic Glue :: Jeu de rôle-
Sauter vers: